lycee-japonais-vs-lycee-francais

Lycée Japonais vs Lycée Francais : Vision d’une japonaise

Ce n’est pas souvent que je propose d’article tiré d’autres sites. Mais je pense que cette interview est intéressant. Elle retrace l’expérience d’une japonaise ayant effectué une année de lycée en France.

Sur internet, il est assez facile de trouver des retours d’expériences de Français ayant été au Japon. L’inverse est plutôt rare. C’est pourquoi, j’ai décidé de le reprendre ici.

Bonne lecture !

L’esprit français et l’âme japonaise

lycee-japonais-vs-lycee-francais (5)

Après s’être penché de près sur les caractéristiques de la société japonaise («Personne ne peut comprendre»), Trois Quatorze choisit de s’attarder sur la question scolaire. La venue en France d’Aïmi, ancienne participante au programme d’une année scolaire, ancienne étudiante à Sciences Po et aujourd’hui à l’IHEID de Genève, nous donne l’occasion d’établir un parallèle intéressant entre le lycée et le «Kookoo» et de lever, du même coup, le voile sur ce qui sous-tend deux cultures aussi éloignées que la française et la japonaise.

### Trois quatorze — Aïmi, tu avais 16 ans quand tu es arrivée en France pour la première fois. Te souviens-tu de la première impression que t’as laissée le lycée français?
Aïmi — Oui, une chose m’a frappée. Nous sommes allés directement en cours pour nous plonger sans transition dans le travail quotidien, dans l’ordinaire. Il n’y a pas eu de transition, pas de réunion…

### Trois Quatorze — Cela ne se passe pas ainsi au Japon?


Aïmi — Non. Il y a une cérémonie. Toute l’école se réunit dans le gymnase. Nous avons un discours du proviseur, une présentation. On expose le projet pédagogique pour l’année à venir, on prend des résolutions.

lycee-japonais-vs-lycee-francais (9)

Trois quatorze — Comment as-tu interprété la chose?


Aïmi —
 Sur le coup, j’ai simplement été étonnée. Mais maintenant que je connais bien le lycée, je crois que cette façon de faire révèle la tendance très individualiste de l’école française et, au-delà même, de la société française. L’élève français pense avant tout à ses résultats, le professeur à ses cours, et chaque parent à son enfant. J’ai découvert par la suite qu’il n’y avait jamais de fête au lycée, jamais d’événement collectif.

Trois quatorze — Et au niveau de la pédagogie, comment peut-on traduire cela?


Aïmi — En France, tu vas à l’école pour étudier, un point c’est tout. Au Japon tu y vas pour travailler et pour appartenir à un groupe, pour rencontrer des gens, des amis. C’est un lieu de vie. Il y a beaucoup d’événements organisés par et pour l’école (cérémonie d’accueil, fête annuelle — avec stands, théâtre, musique — remise des diplômes, fêtes sportives, etc.).

L’idée au Japon est de former les jeunes en tant qu’individu et en tant que citoyen. On doit savoir que l’école publique japonaise telle qu’on la connaît est née au début du XIXè siècle pour former et alimenter les armées. Je crois qu’il reste des traces dans l’approche générale et dans la gestion de l’école. Dans le même ordre d’idée, j’ai été très étonnée qu’en France les profs arrivent à l’école pile pour faire leur cours et qu’ils s’en aillent aussitôt les cours terminés.

C’est inconcevable au Japon.

Chez nous, les profs arrivent vers 7h30 le matin. Le soir, ils restent après les cours, préparent des dossiers, les cours du lendemain, travaillent entre eux. Mon père est prof : souvent il arrive vers 20 h à la maison. Son école est comme son entreprise, c’est son lieu d’action.

lycee-japonais-vs-lycee-francais (7)

Trois Quatorze — Il y a actuellement un débat sur les rythmes scolaires, qui rebondit d’ailleurs sur les horaires des enseignants. Il semble que le bien-être des élèves (équilibre des journées) ne soit pas compatible avec les conditions de travail des professeurs (heures de présence) ni avec les horaires. Que penses-tu de tout ça?


Aïmi  De telles polémiques sont tout simplement inimaginables au Japon (rires). La problématique n’est pas du tout la même pour les raisons que je viens d’évoquer (la question du nombre d’heures de présence des professeurs à l’école ne se pose pas) et parce qu’il n’y a pas de séparation entre les profs d’un côté et les élèves de l’autre. Tout le monde est dans le même navire : on avance ensemble dans une même direction. Et puis les rythmes ne sont pas du tout les mêmes.

Trois Quatorze — Comment est organisée une année scolaire au lycée?


Aïmi — Elle commence en avril et se termine en mars. Il y a trois périodes de vacances: une coupure d’un peu plus d’un mois l’été, une coupure de deux semaines au cœur de l’hiver et une autre d’une semaine fin mars,  avant la reprise de la nouvelle année scolaire.

lycee-japonais-vs-lycee-francais (6)

Trois Quatorze — Il y a donc nettement moins de vacances?


Aïmi — Oui. Et cela est d’autant plus vrai que les élèves japonais étudient pendant la période de vacances estivales! Car pour un Japonais, ce n’est pas « bien » d’être en vacances, il faut travailler tout le temps. On doit savoir qu’un citoyen ordinaire n’a que deux semaines maximum de vacances pendant l’année et qu’un Japonais sur deux seulement use de l’intégralité de ces deux semaines. Au niveau de l’école, il y a donc des cours supplémentaires proposés et mis en place au sein même de l’école.

Et qu’en est-il du rythme hebdomadaire et journalier ?


Aïmi — L’organisation de la semaine diffère peu de celle de la France. Le planning est établi sur une semaine, avec un emploi du temps qui varie de jour en jour, et se répète de semaine en semaine. Par contre les journées sont moins chargées pour les élèves : cinq à six heures de cours par jour (50 minutes en fait, entrecoupées de 10 minutes de pause).

On commence les  cours à 9 h 00, mais on arrive à 8 h 30 pour assister à une petite réunion. On y évoque les  objectifs et les temps forts de la journée ou les questions administratives.

La deuxième partie de l’après-midi est consacrée aux activités non académiques telles que le sport, le théâtre… Ces activités de clubs sont organisées au sein même de l’école. Et il y a aussi l’étude qui permet à certains de faire leur travail avant de rentrer chez eux. Les jeunes Japonais travaillent à l’école mais pas à la maison (ou très peu).

lycee-japonais-vs-lycee-francais (11)

Trois Quatorze — Un mot peut-être sur les matières étudiées?


Aïmi — La première année de lycée — celle qui correspond à la Seconde — est généraliste. Ensuite les élèves choisissent de s’orienter soit vers la branche scientifique soit vers la branche littéraire. Il n’y a que ces deux possibilités. Mais contrairement à la France, la branche littéraire est la plus recherchée, et la plus  répandue aussi, car elle offre plus de débouchés. Seuls ceux qui se dirigent vers les carrières purement scientifiques (profs de maths, biologistes, médecins…) optent pour la branche «Scientifique».

Trois Quatorze — Ce qui doit avoir une conséquence importante sur la société?


Aïmi — Oui, car au Japon, les métiers qui touchent au social, au politique, au juridique, mais aussi au business et au commerce, sont accessibles en priorité à ceux qui ont une formation purement littéraire. C’est donc la voie la plus classique de formation.

lycee-japonais-vs-lycee-francais (4)

Trois Quatorze — Qu’en est-il des relations au sein du lycée ?


Aïmi — Le rapport que l’on entretient avec sa « classe » est très puissant. C’est très différent de la France à ce niveau. On est une quarantaine d’élèves et on passe une année tous ensemble. La classe est vraiment une petite famille, un monde clos, un monde de proximité.

On ne change pas de salle (sauf pour les cours très particuliers, comme le dessin ou la musique…), ce sont les professeurs qui se déplacent… On ne change pas de place non plus. On est assis toujours à côté de la même personne, sans que l’on ait donc choisi ce voisin.

Trois Quatorze — Cela n’est-il pas trop contraignant ?


Aïmi — Non, pas spécialement. C’est amusant d’ailleurs, parce que trois ou quatre fois par an, on demande au professeur de changer de place ; on organise alors un tirage au sort et on change tous de place pour la nouvelle période. Alors qu’en France, le système paraît plus libre et, au final, j’ai remarqué que les élèves ne changent jamais de place ; même quand ils changent de salle, ils reprennent tous la même position !

Je dirai qu’il est plus facile au Japon de développer des amitiés réelles et profondes avec les autres élèves. On est très proches et très solidaires.

C’est une force indéniable.

De la même façon, nous avons des relations beaucoup plus proches avec les professeurs que vous n’en avez en France. On leur parle en dehors des cours. On leur envoie et ils nous envoient des mails. Ils peuvent même nous inviter chez eux.Tout cela fait que les élèves japonais aiment bien aller à l’école, et ce quels que soient leurs résultats et leurs capacités académiques.

J’ai été très étonnée en arrivant en France de découvrir que les jeunes Français n’aimaient pas aller à l’école et surtout qu’ils n’aimaient pas leur école. Dès qu’un élève français a fini ses cours, il file à la maison. Pour lui, l’école est comme une prison ; et son but est de s’en échapper.

lycee-japonais-vs-lycee-francais (10)

Trois Quatorze — Les élèves français qui partent étudier au Japon nous parlent souvent du fait qu’ils nettoient leur classe. Est-ce une réalité ou une légende ?


Aïmi — Ce n’est absolument pas une légende. Tous les jours de 15 h à 15 h 30 on fait le ménage. Et pas seulement notre classe. On est répartis en trois groupes : le premier groupe nettoie la salle de classe, le second les toilettes, le troisième la salle des profs, et on tourne chaque jour !

Trois Quatorze — C’est très étonnant pour nous Français!


Aïmi — Mais très ordinaire pour nous Japonais. C’est peut-être pour ça que les lycées français sont si sales. L’état des toilettes… cela m’a beaucoup choquée. Au-delà même des écoles, je trouve que la France est vraiment sale : la rue, les gares, le métro, les espaces publics. Au Japon on ne peut pas imaginer que quelqu’un colle un chewing-gum sous une table, jette un papier sur le trottoir ou fasse pipi dans la rue en plein jour !

lycee-japonais-vs-lycee-francais (1)

Trois Quatorze — Cela nous ramène à ta première remarque sur le rapport au collectif et sur l’individualisme français! Cela nous amène à te poser cette question: «Pourquoi as-tu choisi la France?» et son corollaire: «Qu’est-ce qui t’attire aujourd’hui dans notre pays, au point d’avoir choisi d’y revenir?»


Aïmi — Mon père m’a orientée vers la France en m’expliquant que  tout le monde parlait anglais et que c’était donc une bonne idée d’apprendre une autre langue. Pour ma part, à 15 ans, je rêvais d’être hôtesse sur Air Canada ! Alors il fallait que je parle anglais et français, cette voie me convenait donc très bien.

Trois Quatorze — As-tu regretté ce choix?


Aïmi — Non, j’ai appris à aimer la France. Ce qui est très appréciable dans votre pays, c’est la dimension critique. Vous critiquez sans cesse. Pour le meilleur et pour le pire. C’est par exemple la force de votre école ; vous y apprenez à argumenter, à discuter, à remettre en cause. Mais en même temps, c’est une faiblesse.

Je crois que c’est cela qui fait que vous ne respectez pas toujours les règles et que vous détournez le système. Je suis parfois choquée de voir comment les élèves remettent en cause les professeurs, au point souvent de ne pas les respecter. Et choquée aussi du comportement des professeurs qui ne respectent pas toujours les élèves, qui mélangent leur compétence (leur travail, leurs résultats) et leur être. Il suffit de lire un bulletin scolaire pour s’en rendre compte. On ne cherche pas assez en France à valoriser l’élève et à travailler sur ses compétences.

lycee-japonais-vs-lycee-francais (8)

Trois Quatorze — Nous n’avons pas parlé du niveau scolaire. Laquelle des deux écoles te paraît la plus performante ?


Aïmi — C’est difficile de comparer car nos deux écoles n’ont pas les mêmes objectifs : en France on cultive le concept du « travailler bien » et au Japon celui «d’aimer travailler». La France développe plus la logique critique et le Japon plus l’apprentissage et la connaissance. Les résultats vont aussi dépendre des matières, mais je crois que globalement la France sera meilleure pour former des élites et le Japon meilleur pour former le plus grand nombre. On revient à cette idée d’une école-armée. Toujours cette notion de l’individu et du collectif. L’école reflète nos mentalités respectives.

Trois Quatorze — Et en même temps, elle les crée ces mentalités, n’est-ce pas ?


Aïmi — C’est un vrai dilemme. Le Japon aurait vraiment besoin de se pencher sur la formation de ces élites et sur la notion d’autonomie de réflexion, et la France aurait besoin de se pencher sur la notion de collectif. Il faudrait que tous les Japonais viennent passer une ou deux années en France et inversement, il faudrait que les Français connaissent l’école japonaise… Le fait de faire le ménage, c’est vraiment bien. Les jeunes Français devraient apprendre ça !

La force de nos deux pays c’est d’être si loin l’un de l’autre. Nous sommes vraiment aux antipodes. Nous sommes et restons exotiques l’un pour l’autre.

lycee-japonais-vs-lycee-francais (3)

Trois Quatorze — Pourrais-tu aujourd’hui vivre en France sans retourner au Japon ?


Aïmi — Non, je n’arrive pas à imaginer cela. Il y a une âme particulière au Japon.

Trois Quatorze — Et inversement, pourrais-tu te passer de la France.


Aïmi — J’aurais du mal. J’aime bien l’esprit français. L’autre jour je voyais « Les Guignols » et « Le Petit Journal » à la télé et je réalisais que ce type d’émissions n’était pas concevable au Japon.

De la même façon, il faut savoir qu’on est très pudique au Japon. Avant de venir en France, je n’avais jamais vu une fille et un garçon s’embrasser dans la rue ! C’est si différent. Et puis je ne suis pas tout à fait la même ici et là-bas. Ici, par exemple, je m’exprime plus, je négocie… et je mets des boucles d’oreilles… et j’aime bien ça !

Article paru dans le Trois Quatorze n° 53

lycee-japonais-vs-lycee-francais (2)

Source :
http://www.piefrance.com/trois-quatorze/reportages/esprit-francais-ame-japonaise/

A plus tard ^^v



A lire absolument :

Visajapon — le blog pour rester motivé et poursuivre ses rêves au Japon.

Passez à l'Action, rester productif et motivé pour transformer vos projets au Japon en réalité. Tous au Japon!