Parler japonais : Avec qui vous êtes est déterminant pour votre succès.

Avant-Hier, j’étais à la montagne avec d’autres parents d’élèves étrangers et leurs enfants. On est parti en randonnée, et tout, c’était vraiment sympa.

En général, je ne reste pas beaucoup avec des étrangers. J’ai des potes, on se voit de temps en temps. Mais je ne sais pas…

Ça fait toujours un petit quelque chose quand vous êtes avec des étrangers, et que presque tout le monde parle couramment japonais.

Ça me rappelle la différence avant et après le bac…

Avant le bac, j’étais en mode :

Oh putain, c’est truc de ouf. C’est chaud de l’avoir. Ça se trouve je vais le rater. Ça va être terrible.

Il y a des gens qui le passent 3, 4 fois et qui ne l’ont pas. Y a même des papis et mamies qui le passent (pour vous montrer l’importance du bout de papier). Même si on sait que au final c’est n’est qu’un bout de papier…

Tous les ans, le baccalauréat, c’est un tapage médiatique qui rend l’examen encore plus impressionnant qui ne l’est vraiment.

Je n’étais pas paniqué. Mais c’était clairement un obstacle plus grand que tout ce que j’avais surmonté jusqu’à présent.

Bref, j’étais dans l’idée qu’avoir le bac. C’était quelque chose de fou.

Je l’ai eu… de jusjusjustesse…10,00
Et une fois en poche je suis allé en fac.

J’étais a Paris et je me sentais les capacités pour faire des sciences.. Je me suis donc inscrit à Jussieu… ou Paris 6/7 à l’époque.

Ce qui m’a choqué, c’est quand j’ai lu quelque part qu’il y avait 30 000 élèves sur le campus… Je me suis dit :

Wow… il y a au moins 30 000 personnes qui ont eu le bac… juste sur ce campus…

Et donc après le bac, j’étais en mode :

Finalement, avoir le bac, c’est vite fait.

Ou du moins, ce n’est pas aussi compliqué de l’avoir que ça… vu que tout le monde l’a ici. J’ai donc pris conscience qu’avoir le bac, aussi difficile soit-il, est devenu normal pour moi.

Quand je me retrouve avec des étrangers qui parlent japonais. C’est le même sentiment. D’un coup, on ne se dit plus que le japonais, c’est chaud, c’est difficile et tout.

Ça devient normal. Aussi compliqué, et « time-consuming » l’apprentissage du japonais soit-il.

C’est pareil pour tout un tas de chose, comme calculer, écrire, avoir le permis de conduire etc… Au début, on en fait tout une montagne. On se retourne le cerveau tout seul. Et si j’ai pas le code, et si j’y arrive pas, etc…

Une fois qu’on a réussi, une fois qu’on a le diplôme en poche. On se rend compte que c’était pas si difficile que ça. Et l’un des éléments qui favorise ce mode de pensée, c’est de connaitre des gens qui l’ont déjà fait.

Plus vous en connaissez, plus ca devient normal pour vous.

Si vous voulez vraiment apprendre le japonais. Si vous en avez la possibilité. Et même si ce n’est pas possible, essayez! Vous n’avez rien à perdre.

Mettez-vous dans une position ou la plupart des gens autour de vous, parlent japonais. Car si vos amis, vos collègues ou autres parlent tous japonais. Vous n’allez plus voir les difficultés comme étant insurmontables.

Vous aurez devant les yeux, plusieurs exemples vous démontrant, par A+B+C+D+E+…+N+…+Z+… que c’est possible.

A partir du moment où, dans votre esprit, parler japonais couramment c’est normal. Cela crée un déclic. Au lieu de passer du temps à se plaindre sur tel kanji, ou telle difficulté de language, ou encore sur ce que j’entends le plus souvent… que vous n’avez pas le temps, ou pas les moyens.

Tout votre esprit sera FOCUS. Tout votre esprit sera concentré sur comment atteindre CE niveau courant ? Comment faire pour atteindre le niveau NORMAL, que tout le monde a autour de moi ?

Si eux ont réussi. Alors pourquoi pas vous ?

Raison de plus si vous êtes tout le temps ensembles. Si vous vous connaissez bien. Et si vous savez que ce sont des gens comme vous ou moi. Des gens normaux quoi.

Qui n’ont pas des aptitudes hors-normes, avec un double cerveau ou un cœur à droite. Mais des gens simples, avec leurs forces et leurs faiblesses.

Bien s’entourer, ça aide vraiment à démystifier les idées et les barrières mentales qu’on se met dans la tête quand on est tout seul.

Quand on n’a aucunes références et qu’on s’imagine plein de trucs. Alors que la réalité, c’est que si vous le voulez.

  • Vous pouvez mettre les heures d’études nécessaires.
  • Vous pouvez trouver des japonais pour échanger.
  • Vous pouvez économiser pour voyager au Japon.
  • Vous pouvez postuler pour trouver un stage au Japon.
  • Vous pouvez atteindre un niveau courant en japonais.

Tout ce que vous pensez, vous pouvez le changer en réalité. Et l’un des meilleurs moyens, c’est de changer de réalité, pour qu’elle vous pousse à vous changer vous-même. De changer les personnes avec qui vous êtes tout le temps.

En se rapprochant de celles à qui on veut ressembler.
Ça va non seulement vous motiver, mais mieux encore, ça va vous permettre de toucher une nouvelle réalité, de l’intégrer jusque dans votre subconscient. Celle dans laquelle vous êtes aussi capable que n’importe quel autre, de faire tel ou tel truc.

Ça marche pour tout.

Si vous voulez faire de la mécanique, trainez avec des mécanos.
Si vous voulez faire du hacking, trainez avec des hackers.
Si vous voulez faire du trading, trainez avec des traders. Etc…

Changer d’environnement, changer les personnes avec qui on passe le plus de temps. C’est vraiment déterminant si vous voulez changer de vie.

Donc ce que vous pouvez faire c’est :

  1. Chercher un club ou une association franco-japonaise dans votre région
  2. Contacter les membres ou l’association et s’y rendre pour rencontrer d’autres personnes qui parlent japonais
  3. Passer du temps avec eux.

Ne me croyez pas sur parole. N’essayez pas d’imaginer ce que ça donnerait si vous le faites. Essayez ! Et faites-vous votre propre idée.

Le souci, c’est que peu de gens testent. Par peur de ce que les gens vont penser. Ou en sortant des excuses du style, j’ai pas le temps, ou j’habite au milieu de nul part, ou je ne sais pas trop quoi.

Maintenant, le truc, c’est tout le monde (une grande majorité des gens ont peur). Le changement fait peur, c’est pour ça que les manifestants se plaignent car ils ont peur du changement.

Si vous décidez d’embrasser le changement comme normal. Comme la seule chose qui soit discontinue, vous verrez, c’est beaucoup plus facile d’agir par la suite.

Si vous essayez jusqu’à ce que ça marche…
Vous parlerez japonais couramment…un jour ou l’autre.

En tout cas, c’est mon expérience, et celle d’autres que je connais et qui ont réussi. C’est ce que je voulais partager avec vous aujourd’hui.

Peace & Action
(。•̀ᴗ-)و ✧

Wilde.

Pour vous aider à bien démarrer ou progresser dans votre l’apprentissage du Japonais. Je vous offre ce livre, (normalement vendu 2,99), dans lequel j’aborde les 4 piliers pour apprendre le japonais en autodidacte.

Vous pouvez télécharger votre copie ici

Télécharger

Apprendre_le_Japonais_en_Autotdidacte - cover

Le truc c’est de lire, et ensuite d’appliquer.
J’ai essayé de rendre la lecture facile et le plus intéressant possible.

J’espère que cela vous permettra de passer à un autre niveau. Ayez confiance en vous!

Télécharger tout ici :

Télécharger le livre complet


A lire absolument :

Visajapon — le blog pour rester motivé et poursuivre ses rêves au Japon.

Passez à l'Action, rester productif et motivé pour transformer vos projets au Japon en réalité. Tous au Japon!